Weltkulturerbe

Sites du patrimoine mondial de l'UNESCO (synthèse)

 

Eva Mendgen (2011)

      Sources Liens

Introduction


La carte montre les sites classés au patrimoine mondial de l'UNESCO external link de la Grande Région.

Synthèse


Aujourd’hui, la Grande Région ne compte pas moins de douze sites inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. Les sites du patrimoine mondial témoignent de la riche histoire et sont le signe de la diversité culturelle exceptionnelle de la Grande Région, ils datent de différentes époques et appartiennent à différentes catégories.

Les monuments architecturaux et industriels font partie du patrimoine mondial culturel de la Grande Région au même titre que les places et villes entières, fortifications et paysages culturels. Chacun des sites du patrimoine mondial apporte son propre contexte, sa propre histoire et son propre système de coordination spatial, culturel et social.

Chronologie
Entre 1981 et 2008, quatre biens de la Rhénanie-Palatinat et de la Wallonie, deux de la Lorraine et un du Luxembourg et de la Sarre ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO :
Depuis 1981, la cathédrale de Spire fait partie du patrimoine mondial de l’UNESCO, tandis que les places baroques à Nancy ont été classées en 1983. En 1986, les neufs monuments architecturaux antiques et médiévaux de Trèves ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial.

Carte : Patrimoine mondial de l'UNESCO

Carte : Patrimoine mondial de l'UNESCO

Eva Mendgen, Saarbrücken

Patrimoine mondial Fortifications de Vauban : Longwy, Porte de France
Photo : Carl-9000

En 1994, l’usine sidérurgique de Völklingen (Sarre), la « Völklinger Hütte », est le premier monument industriel à être classé au patrimoine mondial. La même année, les vieux quartiers et les fortifications de la Ville de Luxembourg sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial. En 1998, un deuxième monument industriel, les quatre ascenseurs du canal du Centre de La Louvière en Wallonie, est classé site patrimoine mondial de l’UNESCO. En 1999-2000, les six beffrois de Wallonie sont inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2000, la cathédrale médiévale de Tournai et les minières néolithiques de silex de Spiennes (Mons) en Wallonie viennent compléter la liste.  

En 2002, en Rhénanie-Palatinat, la Vallée du Haut-Rhin moyen et, en 2005, le limes de Germanie supérieure et de Rhétie sont classés sites patrimoine mondial de l’UNESCO. En 2008, Longwy en Lorraine est classée au patrimoine mondial de l’UNESCO dans le cadre des douze fortifications baroques de Vauban.

La Grande Région, un espace culturel
Vus dans leur ensemble, les sites classés patrimoine mondial présentent de nombreuses relations artistico-culturo-historiques entre elles, mais aussi avec d’autres monuments culturels de la région et au-delà de la Grande Région. Depuis Nancy, le chemin mène vers Commercy et Sarrebruck, les impulsions étant données par un roi de Pologne en exil, puis vers Paris. Depuis Trèves vers le Rhin, la Moselle, la Meuse et la Sarre, mais aussi vers Rome.

Les pièces maîtresses culturelles se trouvent au cœur de l’Europe ancienne : la cathédrale la plus ancienne d’Allemagne se situe à Trèves, ainsi que la plus grande porte fortifiée la mieux conservée au nord des Alpes. Le beffroi le plus ancien de Belgique se trouve à Tournai, érigé à côté de l’une des plus grandes cathédrales d’Europe. Völklingen, en Sarre, dispose du dernier complexe de hauts-fourneaux historique dans le monde, élément d’un énorme paysage industriel germano-franco-belgo-luxembourgeois et ses monuments de l’industrie sidérurgique.

Utilisation
Prestige et efficacité publicitaire des sites classés au patrimoine mondial sont également la bienvenue dans la Grande Région. Conservation, utilisation adéquate et entretien constituent toutefois souvent des défis inattendus.

La gérance d’un bien est soumise à des normes nationales et internationales, établies par le Comité du patrimoine mondial qui se rend régulièrement sur site afin de contrôler le respect de ces normes et de s’assurer que l’authenticité du bien inscrit sur la liste du patrimoine mondial est garantie au fil des ans. Bien que les directives soient strictes, d’autres demandes d’inscription de biens de la Grande Région (liste tentative) ont été soumises au Comité de patrimoine mondial de l’UNESCO.

Patrimoine mondial Quatre ascenseurs du canal du Centre à La Louvière et Le Roeulx: ascenseur N° 3, Strépy-Bracquegnies
Photo : K. Jakubec

Patrimoine mondial Vallée du Haut-Rhin moyen : Vue de la Loreley sur le Rhin
Photo : © Die argelola/Regiofactum

Vision
La conception de l’histoire et l’interprétation relèvent des différents États, de même que les stratégies en ce qui concerne la conservation, l’utilisation et le financement des différents biens inscrits sur la liste du patrimoine mondial.

Cependant, il s’impose que ces biens soient compris comme des éléments d’une région urbaine transnationale et interculturelle, car ce n’est que dans leur ensemble que les trésors culturels de la Grande Région gagnent en importance et que la Grande Région, important espace culturel, prend des formes.

Il ne reste plus qu’à tirer ensemble profit de cet espace, de manière intellectuelle et matérielle, par exemple sous forme de projets de recherche transnationaux et interdisciplinaires, orientés sciences humaines, et de projets de tourisme culturel internationaux, interrégionaux et transnationaux, basés sur les contenus et les réseaux établis.